dimanche 13 octobre 2013

Le terrorisme, c’est bien. Gustavo Mazzatella.

Le terrorisme est le mal de notre époque. Il fait trembler tout bon mouton qui se respecte. La peur de mourir pousse les gens à accepter d’être filmés 24h/24, fliqués sans cesse, prêts à tolérer d’être localisable n’importe où et n’importe quand. J’avoue être effrayé par tout ça... Pourquoi s’obstiner à ne pas admettre que la mort fait partie de la vie, c’est même son apothéose. Le troisième millénaire a été lancé un certain 11 septembre avec cet écrito : IL FAUT COMBATTRE LE TERRORISME COÛTE QUE COÛTE. Moi, s’il y a bien une chose qui me fait 1 000 fois plus peur que le terrorisme, c’est la lutte anti-terroriste et ses relents
 islamophobes, mais ça ne sera pas le sujet du jour.

Ce texte va s’adresser en particulier à tous les gens « de gauche »...

Vous, pseudo-révolutionnaires à deux francs, qui idolâtrez naïvement le Che Guevara, et qui vomissez tout aussi naïvement Oussama Ben Laden, vous êtes vraiment atteints de cécité pour ne pas vous rendre compte des similitudes de leurs parcours respectifs. L'un est considéré comme un héros, l’autre comme LE plus grand terroriste de tous les temps. Pourtant, ils se sont battus avec des méthodes différentes mais de manière aussi violente contre l’impérialisme de ces véritables ordures de Yankees, contre le capitalisme débridé qu’ils imposent. Le point commun le plus frappant de ces deux hommes est leur mort évidemment, exécutés lâchement, ignoblement, honteusement et par la même pourriture que l’on nomme CIA. Croire que le combat de Ben Laden est religieux est incohérent, absurde, il est indéniablement politique. Sa dernière cible n’était pas le World Trade Center par hasard. Sa foi fait partie de lui comme tous les membres d’Al Qaïda mais ce n’est pas ce qui a motivé leurs actes. Il est tellement facile de dire que le 11 septembre a coûté la vie à des milliers d’innocents, bien entendu que c’est horrible, mais je vois nulle part des gens pleurer sur le sort des millions de victimes des actions abjectes des américains sur de nombreuses populations... Forcément, c’était des pauvres, sans défense... Vous me trouverez toujours du côté des plus faibles !

Désigner Ben Laden et autres terroristes comme uniques responsables des maux de notre temps, c’est tellement commun et tellement faux. Combien de morts produit le capitalisme chaque jour, aux quatre coins de la planète ? Combien de gens luttent contre la misère et travaillent comme des acharnés pour satisfaire les besoins des 1426 milliardaires de ce monde qui s’engraissent chaque année sans la moindre humanité ? Et vous, pauvres crédules honnêtes, vous pensez vraiment qu’un bras de fer sans violence puisse mener à quelque chose face à ces ogres qui vous boufferont tout cru ? Ils font voter les lois qu’ils désirent et les politiques n’ont pas la moindre syllabe à dire. Et si le terrorisme dont vous avez tant peur et qu’on vous vend comme l’ennemi à abattre était votre seul allié et chance de sortir de ce système ? Je ne dis pas que c’est la solution mais posez-vous seulement la question. Sortez deux minutes de ce que l’on considère pour vous comme le Bien et le Mal. Ceux qui me contrediront ne sont que des larbins d’une idéologie ou des utopistes sans raison. 

Je pourrais évoquer la Bande à Baader, Action Directe, Carlos, le FLNC et bien d’autres. Tous les résistants que vous faites passer pour des terroristes... Mais il me semble plus intéressant de parler des faux révolutionnaires, ils sont souvent de gauche ces gens-là, des jolies phrases plein la bouche. Comptez sur eux pour aimer le fric autant que ceux qu’ils font semblant de combattre ! « Les sans culottes sans rien dedans », comme les définissait très justement Nabe dans La Marseillaise. La plus grande capacité de ces nazes, c’est de faire des manifestations, pacifiques évidemment, donc strictement sans intérêt, et de mettre un bulletin (nul) de vote dans une urne (nulle)... mais surtout actuellement, la mode, c’est de signer des pétitions sur le net. Pour ça, y’a du monde, mais après... Ah si, ils sont intransigeants avec le racisme ! Là, ils peuvent se montrer violents pour combattre du pseudo racisme avec de l’antiracisme tout aussi fasciste (cf : affaire Méric). Je dois admettre avoir eu un soupçon d’érection en 2005 avec la révolte des banlieusards, mais ces couilles molles n’ont pas été foutus d’aller jusqu’à Paris... Brûler l’Elysée, voilà ce qu’ils auraient du faire. Les « grands » « subversifs » « contemporains » (Jamel, Joey Starr...) leur ont dit d’aller voter, pour la gauche bien sûr ! Ils doivent être contents aujourd’hui tiens...

« Voter, c’est s’engager. » Moi, enfant de Salò, je suis un enragé politique ! Toute personne ayant vu et compris le film de Fassbinder « Maman Küsters s’en va au ciel » sait que tout militantisme, de quel bord qu’il soit, ne sert strictement à rien et surtout est profondément dégueulasse. Faire croire qu’en s’engageant, on va faire évoluer les choses petit à petit... Faut vraiment être borné, demeuré même, pour ne pas observer que la situation empire et que la seule solution est une révolte sans foi ni loi. Les consciences ne s’éveillent pas plus haut que le bar du coin. Voilà pourquoi un terroriste mérite le respect qu’on ne peut accorder à un militant. Il paraît qu’en mai 68, il s’est passé quelque chose... Quand je vois qu’aujourd’hui, les leadeurs de ce mouvement immobile sont responsables politiques, patrons de grands médias, de grandes entreprises, je me pose la question suivante : mais où ont-ils mis leurs convictions ? Dans le cul de Jean-Marc Rouillan et sa bande ! Il suffit d’aller une seule fois à la fête de l’Huma pour comprendre que les seuls véritables révolutionnaires actuels sont les « terroristes »... D’ailleurs, un terroriste, c’est un militant qui a bien tourné !

Gustavo Mazzatella.

3 commentaires:

  1. toute sorte de rébellion contre cette société est la bienvenue!! rasons tout et repartons d'une feuille blanche!

    RépondreSupprimer
  2. On dirait du Nabe en condensé.

    Fred C

    RépondreSupprimer