vendredi 14 mars 2014

Morale à zéro. Gustavo Mazzatella.

@Justine Ollier
Mon adversaire, il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti. Il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc pas élu, et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est la morale. C’est pas le monde de la finance hein, on vous a déjà fait le coup. Sauf que moi, je vais l’écrabouiller cet adversaire, restera rien, même pas de miettes ! Attention, va y avoir de la sueur, de la salive, du sang, de l’urine, des étrons... Bon, vous êtes pas obligés de lire, faut être prêt pour ça... Faut en avoir dans le slip, dans le string... Faudra pas venir chialer après.

Ma devise : ni Dieu, ni maître, ni morale !

Je ne digère plus tous ces films, clips, chansons, sketchs, toute cette culture
méprisable, prétentieuse, remplie de cette ignoble morale. La plupart des guignols qui sont les auteurs de ces déchets ne sont que des immondes moralisateurs alors qu’ils jouent dans la catégorie des ordures de première classe. Pour donner des leçons, y’a du monde, mais après... Il faudrait calculer le nombre de bouzes culturelles qui ont comme message : « le racisme c’est mal », ou encore « la femme doit être égale à l’homme », il y a même « la pauvreté c’est pas juste » et tant d’autres sornettes. Voilà ce qu’on glorifie. De grandes idées révolutionnaires tout ça... Et le père de Jésus sait à quel point elles sont efficaces leurs banalités pas mûres... La preuve, il y a de moins en moins de racistes, de misogynes, de xénophobes, de personnes cupides, etc. Deux possibilités : soit c’est du cynisme et ces vedettes fades font ça pour le fric, soit de la stupidité et ces demeurés croient à ce qu’ils bavent. Je vote pour les deux !

C’est d’ailleurs à ça qu’on reconnaît un navet au cinéma, une chanson de merde, un sketch raté ou un livre pourri : si on sent la moindre morale ! Aucun film de Pasolini ou livre d’Artaud n'est moralisateur, c’est une certitude ça. La morale, elle coupe les couilles des véritables artistes, elle les diabolise. Puis, comme on aime pas trop chercher au final... L’Art est amoral sinon rien ! Mais elle n’est pas seulement présente dans la culture, cette catin de morale. Elle est partout dans la société, à tous les coins de rue, elle touche toutes les couches, une sorte cancer généralisé.

La morale, c’est ce qui empêche de réfléchir par soi-même ! On est tous infecté par cette salope, elle se répand à la vitesse de métastases en fusion. La morale, c’est le virus qu’on vous injecte à la naissance. Puis on accentue les doses... Pour s’en sortir, faut lire Céline, voir des films de Fassbinder, Ettore Scola, écouter le professeur Choron. C’est une guerre, purement Nietzschéenne ! Il y a autant de morale dans un État démocratique et laïque que dans n’importe quelle religion. Voilà pourquoi je hais l’école : la seule chose qui y est enseignée, inculquée, c’est cette abjecte morale. On vous l’incruste au plus profond de votre cervelle. Du bourrage de crâne, fait travailler ta mémoire, pas tes méninges. Et ça se poursuit, partout dans la société... T’as intérêt à avoir la conscience tranquille, sinon, t’es mort, je te le dis moi !

Les notions de bien et de mal, mais quelle partie de rigolade. L’absurdité absolue atteinte grâce à la paresse. Comprenez bien que je fustige ici la paresse intellectuelle et pas la paresse physique, qui est la plus belle des vertus. Il n’y a ni méchants ni gentils dans la vie, c’est bien ça qui est formidable. Mais la morale, elle vous le dit : lui, c’est un mec sulfureux, faut pas le fréquenter. Elle là, c’est une pute, elle a pas de dignité. Lui, il sort de taule, faut pas l’embaucher... La morale médiatique, elle vous le dit : Poutine c’est un méchant, Obama, c’est un gentil, n’allez pas chercher plus loin surtout...  Les hommes prétendus « bons » sont certainement les plus néfastes, des messagers mensongers envoyés directement par la morale. Ils pervertissent les autres avec leur pensée optimiste et calomnieuse. La morale vous a mis dans le crâne des contre-vérités tellement flagrantes qu’il paraît insensé de les détruire aujourd’hui.

La morale, elle vous entraîne dans un état de sommeil profond, mais pas ce bon dodo duquel vous vous réveillez en pleine forme avec les idées claires... Non, l’autre ! Comme un lendemain de grosse cuite, ou vous êtes complètement abrutis et incapables de quoi que ce soit. Le plaisir de l’ivresse vécue en moins. Quand j’en entends vendre l’hédonisme comme plaisir, ça me fait bien marrer... L’hédonisme, c’est une doctrine moralisatrice ! Méfiez-vous de ces colporteurs de « bien-être »... La pseudo jouissance régit par la morale, très peu pour moi. La morale, c’est pas le nouvel opium du peuple, c’est son valium.

Les moralisateurs sont partout : de BHL à Nicolas Bedos en passant par Joey Starr ! Le vendeur de clopes est un donneur de leçons, le DJ, le barman au bistrot, même le dealeur du coin ! En 40, elle balançait l’étranger au nazi la morale, aujourd’hui, elle enfile des capotes dans les pornos... Marc Dorcel, un moralisateur !

La morale, c’est l’ennemi de la vérité. Elle se propage toute la journée en vous, par les oreilles, les yeux, et il faut l’expulser, par la bouche, par l’anus, peu importe, faut que ça sorte, sinon vous êtes foutus ! Elle a anéanti le vrai, c’est le pire des conspirationnistes la morale. Cette hystérique ne pose aucune question, que des réponses... fausses, il va de soi. La morale est contre-nature, depuis toujours. Qu’elle soit chrétienne ou libérale, elle pourrit l’humanité au plus profond de sa carne. Il faut avoir de la merde au fin fond de l’iris pour ne pas voir éclater cette vérité-là.

La morale, elle va nous conduire à être 9 milliards dans 30 ans. La morale, elle veut que vous alliez voter pour quelqu’un qui va vous sodomiser pendant 5 ans, sans que vous ne puissiez dire quoi que ce soit. Enfin si, vous pouvez pisser dans un violon, ça la fait marrer d’ailleurs. La morale, c’est plus de logements vides que de sdf ! La morale, elle vous pousse à consommer, pour « améliorer » votre vie, votre confort. Par contre, elle vous empêche de tromper votre femme ou votre mari ! Le sexe, c’est sale ! Faut pas picoler ! Pas se droguer ! Elle vous interdit de vous révolter contre l’autorité ! Faut pas cramer l’Elysée ! Faut respecter la loi, la justice ! Faut marcher au pas ! On rigole pas avec ça... La morale est castratrice. Elle vous flatte l’égo en vous charcutant l’intérieur.

Le capitalisme, il a pas de morale, mais il vous condamne à respecter celle qu’il vous impose. Sinon, tu crèves. Tu vas en taule. Au gnouf ! Indésirable ! T’es ostracisé. On te traite de fou, comme Van Gogh. Dans un asile, les plus malades, c’est pas les patients mais les docteurs, à cause de leur morale. Ils ne jurent que par elle... Renégats ! Le droit chemin, et pas ailleurs... De la normalité, point barre.

La morale, c’est pas l’horreur des camps de concentration, mais bien pire que ça : c’est le business de la Shoah ! Jakubowicz, Cohen et consorts font monter les prix... C’est le marché de la souffrance, très juteux... De l’autre côté, on riposte ! Dieudonné, Soral : une autre morale, tout aussi lucrative... « Chantez la Marseillaise ! » ça pisse dans les coins, mais tout ça, c’est pareil au fond... Il faut que vous le sachiez, elle a rien dans le falzar la morale.

La morale, cette petite traînée bourgeoise, elle joue à guichets fermés, alors ce texte, il va encore pas être populaire. Il va pas faire le buzz sur les réseaux sociaux, de toute façon, je prendrai ça comme un affront. Mais il fallait bien que quelqu’un lui rentre dans le gras à cette effrontée. L’inconscient collectif est plus fort que la conscience d’un seul homme, le combat est perdu d’avance... Mais il fallait que j’écrive cela. C’était une question de vie ou de mort. Plutôt de mort d’ailleurs, parce que la morale, c’est la mort.

Gustavo Mazzatella.

2 commentaires:

  1. Tu pars à la dérive Johnny

    RépondreSupprimer
  2. Gustavo Mazzatella doit détester Jean de la Fontaine!

    RépondreSupprimer